samedi 22 mars 2014

Le sommeil de nos chers et tendres morveux

Il y a déjà un bout de temps que j'aurais dû poster cet article. Comme vous pouvez le constater, il arrive seulement maintenant. Pas le temps, pas l'envie.

Délaisse-t'on ce blog? Oui et non.

Quand il n'y a pas d'inspiration, quand la fatigue prend le dessus, rien à faire, c'est la page blanche! 

J'avais, sur facebook, demandé quelques avis et conseils en matière d'endormissement pour les bébés et enfants. Une constatation en est ressortie: il existe 2 écoles, en cette matière. La première est le "laisser pleurer" et la seconde qui consiste à éviter les pleurs, le plus possible. Je choisis cette dernière.

Cela a fait un grand débat les uns ne respectant pas la vision des autres et inversement. Je ne comprends pas comment, nous, parents, puissions être aussi culpabilisants, accusateurs, critiques envers d'autres. La clé d'un bon échange est le respect, la communication et l'écoute. Cela n'a pas du tout été le cas.

Pour moi, il m'est impossible de laisser pleurer, pendant des heures, un bébé. Imaginer ce petit être, seul, dans son lit, hurlant après celle qui l'a porté pendant 9 mois, sans recevoir une réponse... Quelle cruauté. Attention, je ne parle pas de gémissements... Je peux laisser mon bébé geindre 10 minutes, si je suis occupée à autre chose. Mais hurler, pendant des heures, pour s'endormir car il est finalement à bout de souffle, NON.
Cela signifie que je n'ai pas pu répondre à son besoin, qu'il ne peut pas me faire confiance et ce manque de confiance peut entraîner des conséquences dans notre relation. De plus, n'oubliez pas qu'excepté par les pleurs, comment un bébé peut-il communiquer avec nous? Ca reste ma vision et je respecte celle des autres même si je ne la partage pas.

Soit, là n'est pas le débat. Par la suite, je me suis procurée l'ouvrage d'Elizabeth Pantley, "Un sommeil paisible et sans pleurs". Je pensais y trouver la panacée! A la place, j'y découvre une technique trop protocolaire accompagnée, cependant, de maintes astuces afin de faciliter l'endormissement, de prolonger la durée des siestes et ce, peu importe la situation dans laquelle nous nous trouvons.

Afin de vous en donner un bref aperçu, je vais parcourir la table des matières accompagnée de quelques commentaires.

Partie I Dix étapes pour aider votre bébé à dormir toute la nuit
 1 Le contrôle de sécurité: dans cette partie, elle décrit toutes les normes de sécurité que doit posséder un lit à barreaux, le matelas. Elle parle également de la MSN et fait part de recommandations concernant le cododo.
2 Les faits de base concernant le sommeil: ici, nous retrouvons des explications sur les différentes phases de sommeil d'un adulte mais aussi d'un bébé. Cela permet de constater que le sommeil de nos chers têtes blondes est totalement différent du nôtre! Sont également abordés l'allaitement nocturne (mon problème), les réels problèmes de sommeil et les attentes réalistes quant à sa technique. 
3 Les fiches de sommeil: il s'agit de différents fiches à élaborer concernant les rituels de coucher, fiches de siestes et de réveil nocturne. Elles permettent d'analyser nos comportements et celui de bébé face aux siestes et au sommeil, en général. Pratiques, elles feront, sans doute, ressortir le problème sur un point précis (aucun rituel, par exemple). Néanmoins, je n'aime pas du tout cette tâche. Dans la vie active de jeunes parents, rares sont les moments de repos. C'est pourquoi je n'ai pas fait ces fiches... Prendre le temps de tout noter, c'est vraiment fatiguant... Calculer le temps qu'est resté éveillé bébé durant la nuit, à quelle heure, comment je l'ai rendormi, qu'ai-je fait les deux heures précédent son sommeil... Wow stop! Trop d'analyses... Je dors!
4 L'étude et le choix des solutions: deux parties forment ce chapitre. La première concerne les bébés de 0 à 4 mois (même si je ne vois pas où est le problème à cet âge vu qu'un enfant n'est biologiquement pas apte à passer une nuit sans manger... sauf exceptions :-)) et la seconde de 4 mois à 2 ans. Je n'ai pas lu la première l car elle ne me concernait pas. Dans la seconde, j'y ai retrouvé plusieurs astuces intéressantes notamment l'intégration d'un doudou afin d'instaurer un système d'auto-réconfort, les rituels de coucher, et autres.
5.6.7.8.9.10   Après analyse des problèmes pointés grâce aux fiches, élaboration d'un plan de sommeil à l'aide des astuces citées dans le chapitre précédent. Pas fait car pas de fiches tout simplement. Ces derniers chapitres ne sont qu'analyses en cas de réussite ou échec.
Partie II Parlons de vous maintenant
Cette partie aborde le problème du sommeil de maman. En effet, après avoir subi de nombreuses nuits écourtées, il est normal que le sommeil de la mère soit lui-même aussi chamboulé. L'auteure explique donc comment récupérer un sommeil réparateur par divers conseils. Des témoignages de maman y sont aussi relatés.

En conclusion, l'explication du sommeil chez l'adulte et l'enfant, les astuces abordées m'ont vraiment plues. L'analyse par des fiches peut être intéressantes mais trop laborieuses pour moi. Ceci dit, si quelqu'un les a faites et a obtenu de bons résultats grâce à elles, venez témoigner!




















3 commentaires:

  1. Je ne sais pas s'il a vraiment deux écoles distinctes... ou alors je n'appartiens ni à l'une, ni à l'autre ou alors aux deux. Je laisse pleurer mon fils dans la mesure du raisonnable, mais évidemment j'applique aussi la méthode des 5_10_15 minutes en allant le voir et le revoir si besoin est... je ne le laisse pas seul pleurer sans réponse car effectivement c'est un peu inhumain...
    Sinon pour l'endormissement, le rituel bain/repas/jeux calmes pendant 15 min et hop au lit, marche plutôt bien ici pour l'instant (11 mois). Mais certaines périodes sont plus rudes que d'autres, avec des siestes courtes (as tu trouvé des solutions ?!), des réveils en pleurs (idem?)... Dire que plus tard il faudrait les sortir de leur lit, qui le penserait !?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais tenté la méthode 5 - 10 - 15, sans résultat! Il a pleuré pendant plus d'une heure...

      Au niveau de l'endormissement, il y a toujours le repas, le bain, aurevoir à papa et sa soeur et puis direction la chambre pour la têtée (seul moyen pour qu'il s'endorme).

      Au niveau des siestes, j'avoue que ça se passe mieux sans que je ne sache pourquoi. De 20 min, je passe à une heure, une heure et demie. Pour les réveils, par contre, toujours en pleurs aussi avec comme seul moyen de réendormissement: la têtée! Et pourtant, je cododote... J'ai suggéré l'homéopathie au pédiatre. Il m'a répondu qu'il prescrirait des granules après ses 1 an car même si il s'agit d'une "médecine douce", il ne veut pas traiter le sommeil d'un bébé de cette façon. Il m'a juste conseillé de trouver un autre moyen pour endormir le petit...

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer