samedi 30 août 2014

Un choix tellement crucial.

La rentrée approche. Plus que deux dodos, comme on dit si bien à Marianna. Elle rentre en 1ère année (cours préparatoire) et c'est avec une grande impatience que nous attendons ce jour. L'angoisse nous habite, également. En effet, Marianna est de janvier 2009 et ne devrait être qu'en 3ème maternelle (grande section). Une question s'était donc posée: la laisser en 3ème ou la monter en primaire... Quel choix délicat!

Marianna n'a pas réalisé de deuxième maternelle (moyenne section). Quelques semaines après la rentrée précédente, son institutrice
avait proposé de ne pas la faire et d'intégrer la petite directement en 3ème. Elle nous a ainsi affirmé que Marianna était tout à fait capable de suivre et ce fut le cas. Mais ensuite, que fait-on? Lui refaire faire sa troisième ou la faire directement passer en primaire? La seconde option a été choisie. Pour vérifier ses aptitudes, des tests ont été effectués afin de vérifier ses aptitudes à rentrer à la grande école à deux reprises et un avis a, ainsi, été remis. Néanmoins, les parents restent toujours maîtres de la décision. 

Les tests ne furent pas concluants. Marianna a le niveau d'un enfant de son âge. L'institution avance ainsi le fait que pour "sauter" une classe, il faut déceler un avancement dans les savoirs, savoir-faire et savoir-être de l'enfant. Ce n'est pas son cas. Pourtant, les institutrices ne sont pas d'accord avec cet avis. Alors, qui écouter? Une personne ne connaissant ni le parcours, ni la personnalité de Marianna ou les institutrices qui savent qui elle est et de quoi elle est capable? 

C'est une décision tellement importante. Elle n'est pas à prendre à la légère car cela va influer sur tout le reste de sa vie. C'est ce choix qui va déterminer le reste de la scolarité de Mistinguette. Et si ça n'allait pas? Quelle réaction fasse à un bulletin négatif? Cette confiance en elle en ressortirait-elle indemne? Et finalement, pq ne réussirait-elle pas avec brio? 

Pour ma part, je pense que Marianna peut réussir. Ce n'est pas tant l'intégration des savoirs qui posera problème. L'éventuelle difficulté, c'est cette transition maternelle - primaire. Elle passe d'une école où les activités changent régulièrement, où il est possible pour elle de bouger à un établissement où elle doit rester assise, être concentrée plus de 15 minutes, SE TAIRE, ECOUTER (très très difficile). C'est donc plus une question d'attitude que d'aptitudes cognitives... Mais nous verrons! 


Et toi, quelqu'un dans ton entourage qui a vécu cette situation? Un témoignage?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire