lundi 22 décembre 2014

Quand nous créons des enfants violents...

Rejoignez-nous: Parents bienveillants

Vous avez sans doute déjà aperçu la vidéo de ce petit garçon ennuyant un client, dans la file d'une caisse, et se ramassant une bouteille de lait dans le visage. Quand je l'ai regardée, ce sentiment de haine m'a envahi. Malheureusement, il n'allait faire que croître en lisant les réactions des internautes à propos de cette vidéo. Vous pouvez visionner cette vidéo ICI.

En effet, la majeure partie de ceux-ci étaient d'accord avec la façon dont le client avait réagit. C'est un sale gosse, enfant roi, il fallait qu'il comprenne. D'autres ont ajouté une nuance en mentionnant qu'ils auraient également versé cette bouteille sur la tête de la même (qui n'a jamais réagi, quand le client s'est retourné la première fois). Et puis, il y a cette minorité dont je fais partie qui s'insurge devant cette agression face à un enfant.

Ces réactions n'ont fait que m'affecter au fur et à mesure que je les lisais. J'avais envie de leur expliquer à tous, de leur crier que ce n'était pas la faute de cet enfant, qu'il ne comprenait pas, qu'on ne lui avait pas expliquer.

Parce que non, cet enfant ne comprenait pas à quel point ça pouvait être agaçant voire douloureux de se ramasser un caddie dans les jambes. Non, personne n'a pris la peine de lui expliquer pourquoi ce n'était pas gentil de faire ça. Personne ne s'est mis à sa hauteur pour lui parler. Personne n'a utilisé les mots.

Et finalement, qu'a-t'il compris? Qu'a-t'il retenu? LA VIOLENCE. Il a juste compris qu'il pouvait se ramasser une bouteille de lait sur la tête, sans raison. Il a compris qu'il pouvait être agressé parce que c'est comme ça, c'est la vie. Et comme un enfant imite, il a compris qu'il pourrait faire, lui aussi, la même chose au dépend des autres. 

Parce qu'un enfant ne fait qu'imiter que ce qu'il voit. Nous leur servons de modèles. Combien de fois Gennaro ne va pas chercher mon plumeau pour le passer sur le meuble TV? Combien de fois n'a-t'il pas retiré les linges pour les mettre dans la machine? Il fait tout ça parce qu'il me voit agir et qu'il se dit que lui aussi est en droit d'exécuter ces tâches.



Face à de telles réactions, la violence se crée et nos enfants les enregistrent, les retiennent pour à leur tour en abuser face à des plus petits. Et si cet homme s'était retrouvé face à un individu plus baraqué? Aurait-il déverser tout ce lait sur sa tête? Je pense que la réponse est non. Nous profitons de cette supériorité, de notre force pour soumettre les enfants à ce que nous désirons qu'ils deviennent. Nous ne les respectons pas comme nous le faisons pour les plus âgés car ils sont plus petits. Nous ne les considérons pas comme nos égaux. Ces attitudes devraient changer. Je devrais aussi changer. Nous devrions changer pour leur offrir un avenir sans violence, sans peur, sans délinquance.


Un enfant est un diamant brut que nous devons tailler avec douceur pour qu'il conserve sa pureté et non pas pour qu'il devienne un caillou brute, sans éclat.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire