dimanche 4 janvier 2015

J'ai regardé "Post-Partum"




Il y a quelques temps, on m'avait notifié sur une bande-annonce d'un film qui avait l'air très beau. Hier, je l'ai retrouvé dans la catégorie des 1er Magritte et j'ai décidé de le regarder. Il s'agit de Post-Partum.



Vous pouvez trouver la bande annonce ICI
Luce et Ulysse s’aiment. Ils vivent une vie pleine et heureuse à la tête de leur petite clinique vétérinaire le long de la côte atlantique. Luce attend un heureux événement. L’avenir est radieux.
A priori... Car à la naissance de la petite Rose, rien ne se passe comme prévu... 
Luce perd pied devant les pleurs incessants de son bébé... Pourquoi diable son bébé pleure-t-il? Serait-ce pour l’avertir de quelque chose? La petite famille serait-elle en danger?..

La naissance d'un bébé nous a toute chamboulée d'un point de vue organisationnel mais aussi émotionnel. Aussi, il faut un certain temps avant que tout se mette en place et "roule comme sur des roulettes". Mais, parfois, cela ne se passe comme ça. Parfois, les émotions prennent le dessus. On en recense 3 types;
- Le baby blues: il débute quelques jours après l'accouchement et ne dure que maximum 2 semaines. Il touche 80% des femmes et se caractérisent par des sautes d'humeur et des épisodes de tristesse. Il n'y a pas besoin de traitement car il disparait tout seul.
- La dépression post-partum: elle apparait plus tard que le baby-blues. Elle peut se manifester au cours de la première année du bébé. Les symptômes sont l'anxiété, les insomnies et des états dépressifs. A la différence du baby blues, les moments de tristesse sont beaucoup plus intenses et ne sont pas temporaires. En effet, la maman ne ressent aucun moment serein et l'angoisse et les sentiments négatifs ne font que perdurer. Elle touche 8 à 15% des femmes mais aussi 5% de papas.
- La psychose post-partum: elle est beaucoup plus rare et atteint une mère sur mille. Elle se compose d'hallucinations, de délires qui peuvent mener au drame. Les symptômes surviennent dans les heures voire les jours après l'accouchement.
Ces deux dernières nécessitent un soutien social important mais aussi un traitement psychothérapique. 
Le soutien social m'amène à aborder un problème assez récurrent dans le domaine des forums de mamans ou même sur les blogs. J'en avais déjà parlé, préalablement: ce besoin de critiquer, de juger une mère sur l'éducation qu'elle donne à ses enfants, sur ses valeurs, sur son mode de vie. 
En effet, combien de débats n'ont pas dégénérer parce que certaines mères revendiquaient leur façon de faire avec acharnement au point d'humilier, de culpabiliser d'autres mamans. Il n'y a aucune solidarité, ou très peu, dans ce difficile métier de la vie. Or, il est tout de même important de savoir que l'on peut trouver des réponses, de l'aide, du soutien de la part de congénères face aux différentes pressions que nous avons ou que nous ressentons tous lors de moments difficiles. 
Aussi, il est très rare que je pose des questions qui me turlupinent sur les forums à cause de ces jugements de valeurs, justement. Allaitement, cododo, tant de sujets à débat et qui pourtant font partie de ma vie. Fort heureusement, rien n'est jamais grave mais il est malheureux de constater que de l'aide sincère, on ne peut la trouver presque nulle part et certainement pas chez nos collègues maternelles.
C'est alors que je pense à ces autres mères plus débordées, plus enclines aux émotions négatives, à la mauvaise estime d'elle-même qui peuvent demander de l'aide dans ces forums. Imaginez l'impact des mots parfois écrits par ces "Perfect Mums". Imaginez leurs conséquences si ils venaient heurter une de ces mamans souffrant de dépression post-partum. 

Mesurer vos mots. Penser que vos choix ne conviennent parfois pas à une famille. Suggérer sans juger. N'humilier pas. Aider tout simplement...


Plus d'infos: ICI et ICI


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire