mercredi 15 juin 2016

Le terrible two? J'affronte bien pire...






Qu'y a-t-il de plus terrible que le terrible two? À première vue, rien. Des non toute la journée, des affirmations de soi exprimées par des cris, rien ne peut être pire... ou presque.

Et pourtant, il y a un peu plus d'un mois, je t'aurais écrit tout l'inverse de ce qui va suivre. Gennaro s' était vraiment tempéré, était plus doux, moins dans la confrontation. Bref, je commençais à entrevoir cette petite lumière de sérénité.

Et puis, PAF. il est arrivé. Non pas le terrible two mais le TERRIBLE THREE.
Tu n'en as jamais entendu parler? Serais-je donc la seule à y avoir droit?

Le terrible three, c'est la suite logique du terrible two. Tu as toujours droit aux non mais ils seront suivis de "MéSSSSanTTTT maman". Lors de cette étape, l'enfant considère donc sa mère comme un monstre méchant qui l'empêche de s' épanouir dans la création de bêtises.

Parce que oui, le terrible three, c'est aussi un niveau supérieur dans les bêtises. Tu pensais que ton enfant ne pouvait en faire plus? ERREUR. Grosse erreur. Ce petit être pourvu d'une imagination sans faille, et plus particulièrement dans ce secteur, mettra tes nerfs à rude épreuve: se prendre pour un acrobate dans les divans, voler les bonbons dans les armoires, se tatouer les bras à l'aide de marqueurs, perdre les télécommandes dans son immensité de jouets, jeter les smartphones dans la poubelle et j'en passe ponctueront vos journées.

Autre symptôme important: le paradoxe de la boniche. L'enfant clame haut et fort qu'il veut tout faire tout seul. À longueur de journée, tu entendras donc "Moi Seuuuuuul" ou "Lèèè moi tlankil" MAIS lorsque tu lui donneras cette possibilité d'être autonome, dans certaines situations comme ranger ses jeux, jeter ses déchets à la poubelle, il déclinera tout naturellement cette opportunité.

La gênite publique est à rajouter à la liste des inconvénients. Elle se manifestera par des crises de colère impressionnantes, dans un lieu public, cela va de soi.

Pour les petits garçons, le tirage de zizi fera partie de ses activités quotidiennes, en public. Évidemment.

Et pour terminer, il y a le pire. Le pire du pire, je dirais même. L'enfant commence à délaisser sa mère pour d'autres filles. Il préférera rester près de ses copines pour qui il a un intérêt soudain. Une diminution de câlins et de bisous sera également observée.

Comment ne pas avoir envie d'abandonner ces morveux ingrats et sans coeur?! Le quoi? L'instinct maternel et l'amour qu'on a pour eux nous en empêchent? Ca me fait une belle jambe ça...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire