mercredi 10 août 2016

Confessions d'une mère dépassée.




Il y a un bout de temps que cet article me trotte dans la tête. Mais je n'osais pas. Vous livrer ces quelques aveux qui c'est me mettre inévitablement sous les lumières de la critique, du jugement. Car, ces aveux, ils ne sont pas des plus enjoués. 

Depuis quelques temps, je me sens totalement dépassée. Fatiguée. Ereintée. Tout un tas d'adjectifs en -ée à connotation négative. Beaucoup trop de mauvaises nouvelles, des événements des plus difficiles nous sont arrivés et le moral en a pris vraiment un coup. L'assemblage de ces deux éléments ne m'a permis que d'avoir des idées noires.

Précédemment, je t'avais fait part de l'attitude ingérable de Gennaro. C'est toujours le cas. Et c'est difficile, très difficile. La grande non plus n'y met pas du sien. Au contraire. Et le petit... adorable mais un reflux et de vilaines dents font leur apparition. Autant te dire que les cris m'accompagnent 24h/24, 7j/7. 

Et j'en ai marre. Je n'en peux plus. 

Il y a de ces jours où je m'imagine sans enfant. Et là, je me dis que j'aurais été des plus heureuses. Libérée de toutes ces contraintes familiales, l'égoïste que je suis pourrait sortir quand elle en a envie, dormir les week-ends durant des heures, se poser le soir et regarder toutes ses séries et films sans être interrompue par les pleurs des enfants toutes les 35 minutes, dépenser l'argent gagné uniquement pour elle. 

Je n'arrive plus à être positive en leur compagnie. Excédée de répéter toujours les mêmes remarques, de gérer les conflits enfantins. Chacune de leur sollicitation m'exaspère, chaque chouinement me gonfle, chaque cri me fait frissonner d'énervement. J'ai envie d'être seule, sans avoir à m'occuper d'eux. 

Quelle honte de penser de cette façon, me direz-vous. Mais je n'y peux rien. Je pense qu'on a toutes nos hauts et nos bas et qu'ils sont d'intensité différente selon chaque personne. Et je suis dans un creux. Pas tout au-dessus de la montagne mais plutôt en bas, en train de chercher le courage et les outils nécessaires pour la grimper et arriver au sommet. 

Et dans ces outils, j'arrive à retrouver la sagesse que j'ai pu acquérir grâce à eux. Quand on devient mère, il est évident qu'une certaine maturité s'installe. Prendre soin de ces êtres emmerdeurs, avoir leur vie entre nos mains, c'est une sacrée responsabilité.

Alors, certes, je suis loin d'être la mère parfaite en ce moment. Je me situe plus vers celle au bord de la crise de nerfs, hurlant constamment mais je reste une maman. Une maman qui malgré les aléas qu'elle traverse fera de son mieux pour s'occuper de ses marmots. Une maman qui malgré une fatigue énormissime arrivera encore à trouver une source d'énergie suffisante pour les élever. Une maman qui malgré l'envie de partir loin se ressourcer aimera toujours ses enfants plus que tout et surtout plus que son propre confort. 

Voilà, cette volonté de remonter est un autre outil mis à ma disposition. J'espère en trouver d'autres afin de m'aider dans cette escalade. Et surtout, je prie pour ne pas retrouver d'autres obstacles sur mon chemin.





20 commentaires:

  1. je te comprends tout à fait, on dirai l'article que j'ai publié la semaine dernière, j'ai moi aussi longuement réfléchi avant de le publier de peur d'être jugé. Cela fait des semaines que je tire sur la corde raide et je n'en peux plus, j'ai pensé que je ne supportais plus mes enfants à cause de la fatigue et d'un réglementent hormonal qui me donne des sautes d'humeur mais j'en suis moins sur. Je suis épuisé moralement et physiquement, chacun de mes jours et identique au précédent, je suis juste une boniche qui passe sa journée à faire le ménage et s'occuper des gosses, voila ce que je fait toute la journée, tous les jours. J'aimerais aussi parfois avoir juste un weekend à moi et pouvoir dormir au delà de 7h du matin dimanche et jours fériés y compris. C'est bon de voir que je ne suis pas la seule à avoir se ressenti. Je ne pense pas être une mauvaise mère, non, loin de la, je suis juste une mère complétement épuisé qui appel à l'aide.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je reconnais bien dans votre commenentaire. Une fatigue psychologique que peu peuvent comprendre. J adore mes gosses mais j en peux plus des cris et des disputes et des journées qui se ressemblent.

      Supprimer
  2. Je te comprends. On fait un métier sans pause, durant lequel on ne peut se permettre de se reposer une seconde, un métier ingrat pour lequel on préférera te critiquer sur tes "mauvais" choix plutôt que de te féliciter pour ce que tu fais de bien. Dur dur de tenir le coup. Bon courage!

    RépondreSupprimer
  3. Il faut savoir prendre du temps pour soi sans culpabiliser vis à vis des enfants. Ça fait un bien fou. Bon courage ;) les miennes partent vendredi pour 2 semaines et j'ai hâte. Me retrouver seule et rester dans mon lit toute la journée sans devoir me lever pour faire le ménage, la bouffe, m'occuper des filles, ...

    RépondreSupprimer
  4. Il faut savoir prendre du temps pour soi sans culpabiliser vis à vis des enfants. Ça fait un bien fou. Bon courage ;) les miennes partent vendredi pour 2 semaines et j'ai hâte. Me retrouver seule et rester dans mon lit toute la journée sans devoir me lever pour faire le ménage, la bouffe, m'occuper des filles, ...

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour cet article dans lequel je me reconnais tout à fait... maman de 3 garçons dont le dernier vient d'avoir 2 ans, je suis animatrice pour enfants en congé parental. Bon courage et sincères pensées !

    RépondreSupprimer
  6. Bravo pour ton article. Je connais cette période qui est très difficile. J ai eu notre fille après 5 ans de combats grâce à une fiv et voulant un second enfant nous rencontrons un problème de santé venant de moi cette fois ci et ceci se rajoute la perte de mon boulot de surveillante car après 6 ans on te dit au revoir .et tout ça accumulé je veux juste être seule enfermé chez moi. Je sais que c est une mauvaise période. Je te souhaite beaucoup de courage et j espère que tout va s arrangé. Après même si nous sommes mamans qui accompli énormément de choses et c est tout à fait normal de dire stop et d en avoir marre.

    RépondreSupprimer
  7. Je viens de vivre cette mauvaise passe... j'en sors grace a un gros frein sur le côté pro et essayant de prendre du recul... je vous souhaite pleins de courage... durdur d'être une maman! ��

    RépondreSupprimer
  8. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  9. J'ai l'impression que c'est de moi que tu parles dans ton article! !!! Je suis moi aussi, éreinté, énervée, déprimée. L'impression de faire les mêmes choses encore et encore sans jamais avoir aucune reconnaissance. J'aime mes enfants plus que tout et je ferai tout pour leur bonheur, mais parfois, j'ai l'impression que c'est au détriment du mien...

    RépondreSupprimer
  10. Que je comprend ce sentiment que je ressens en ce moment je narrive plus a prendre de reels bons moments avec mes enfants je suis en congé parental avec une reprise de travail le 1er mai 2017 et jai hate !! Jai honte davoir ce discours mais aujourdhui je ne me sens plus femme je me sens la boniche la cuisiniere ou la nounou denfants je ne me sens mm plus mere jai limpression de ne rien faire bien avec mes 3enfants... Je reve dun weken un weken rien qua moi...

    RépondreSupprimer
  11. Bjr! Merci pr ce super article. Ici 4 ans, 2 ans et 2 mois... et petage de cable.. les gds sont 3jours avec mes parents chaque semaine...et qd ils st avec moi ma seule hate c est qu ils repartent. Heureusement qd je les serre fort ds mes bras et qu ils me ft des bisous je me rappelle qu ils st ma vie... on a le droit d etre fatiguees, enervees, ereintees, a bout... ça ne change en rien l amour qu on leur porte... courage !! Un jour ils seront grands et on regrettera ces petits montres... ;-)

    RépondreSupprimer
  12. Merci pour ton article... Personne ne peut se permettre de te juger... Je te félicite pour avoir trouvé le courage de le dire car tu n'es pas la seule dans cette situation... Beaucoup d'entre nous doivent se retrouver dans ton témoignage... Non on n'est pas parfaite, oui on a nos coups de mou et plutôt que de juger les mamans qui avouent leur faiblesse, prenez plutôt le temps de les écouter et de leur tendre la main...

    RépondreSupprimer
  13. Merci. Merci de dire tout haut ce que beaucoup de femmes vivent tous bas. Je me reconnaît dans chacun de tes mots. J'ai l'impression de passer mes journée à faire du ménage du linge des repas et de crier voir hurler pour un oui ou pour un non car un rien m'agace. Vivement septembre que l'école reprenne pour avoir un peu de liberté !!! Une maman de 3 enfants de 5 ans, 3 ans et 6 mois.

    RépondreSupprimer
  14. Merci et surtout merci à vous toutes qui avaient commenté cet articles. Cela fait un bien fou de voir que l'on n'est pas seul au bord du gouffre ! Maman de 2 garçons à l'entrée de l'adolescence qui sans cesse se disputent et d'une puce de bientot 3 ans qui imite ces fréres je n'en peux plus. Je bosse jusque 14h et quand je rentre ( quand je trouve le courage de rentrer) ma 2 eme journee commence. Je gère la maison, les gosses, la paperasse,les bobos, les tracas....mais qui s'occupe de moi ? Je vis entouré d'ingrats mais mon rôle de maman m'oblige à tenir le coup et à continuer, certes sans envies, sans goût mais à continuer ! Non, nous ne sommes pas des mères parfaites mais nous faisons chacun es tous ce qu'on peux et comme on peux pour s'occuper de notre famille et surtout garder la tête hors de l'eau !

    RépondreSupprimer
  15. Dans mes rêves je suis une maman qui concocte de bon petits plat, patisserie... pour ses enfants. Qui se lève tôt pour préparer le petit déj. Joue avec eux une partie de la matinée ou fait de beau bricolage. Avec les 2 grands.
    Ne crie jamais, est toujours compréhensive...
    Dans la réalié je grapille le plus de sommeil possible, après des nuit entrecoupées depuis plus de 5ans, petit dernier bientôt 3ans se réveille encore la nuit. Je gère l'école à la maison (pas le choix), essaye d'occuper les derniers autrement que devant la télé. Cuisine ce que je peux. Passe du temps a ranger ce que petit dernier ressort dans la foulée. Bricole un peu, mais pas toujours avec plaisir. Joue parfois. Crie trop... et pête parfois un plomb quand petit dernier décide d'enlever tous ses habits et la couche à 1h du mat et ne veut plus que je lui remette...
    Voilà on fait comme on peut

    RépondreSupprimer
  16. Eh bien cet article tombe à pic. Je suis au bout du bout. 4e jour de vacances avec mes enfants et je n'ai qu'une seule envie : reprendre le boulot au plus vite! Mais ce n'est que dans 15 jours! Aaaaarrrggh je sens que je vais mourir! L'article on dirait moi. Vos commentaires on dirait moi. Ça soulage un peu de ne pas se sentir seule dans cet état de honte en fait. Mais ça me désole aussi de ne pas réussir à surmonter tout ça (épuisement physique et psychologique) pour être une meilleure mère. Je pleure tous les jours depuis 4 jours pcq je n'arrive pas à être heureuse en vacances avec mes enfants. Ça me rend vraiment triste. Ça passera sûrement. En tout cas merci de partager vos états d'âme, vos émotions, vos coups de gueule, vos coups de mou. Ça permet au moins de souffler et de penser qu'on n'est pas seule à se sentir seule.

    RépondreSupprimer
  17. Ah mille merci... Je suis maman de 5 enfants et j'avoue que la je suis dans le même gouffre celui ou je n'ai qu'une envie c'est de partir, tout quitter. J'ai des mal de tête atroce a force de "péter des plombs" et la seule chose qui m'empêche de chuter plus ce sont au final mes enfants paradoxalement ,eux la source de mon mal être actuel arrivent a me consoler avec leurs dessins etc pour me demander pardon .. 5enfants personnes te les prends un we lol non faut être dingue pour en avoir autant donc faut assumer :) alors forcément tu n'as pas le droit de te plaindre rien et surtout faut que ma maison soit impeccable oui parce que maman de famille nombreuse ça se critique 2fois plus facilement tout de suite c'est "elle les a fait que pour les allocs" etc. Je dépense bien plus pour eux que ce que je reçois :D d'ailleurs ma famille dit que leurs comportement est du a leurs côté trop pourrit gâté. Voilà voilà en espérant que cette phase va se terminer rapidement et qu'aussi ma dernière fasse ses nuits histoire que je fasse les miennes, nerveusement ça serait déjà un bon début.
    Bon courage les mams

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis dans le même cas 5 enfants 2 ado un pré ado je suis a la limite du burn out bon courage a vous

      Supprimer
    2. Clairement ça n'a pas l'air d'être simple de tout gérer de ton côté. Je te souhaite bon courage Melissa, car tu dois en avoir bien besoin :/

      Supprimer